Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog
/ / /

 

 

 

 

Une semaine après mon retour, voici les sixièmes et dernières chroniques
tamoules. Elles abordent des sujets qui me tiennent à coeur. Il existe pourtant
beaucoup d’autres sujets dont j’aurais aimé vous parler. Mais il faut bien se résoudre
à s’arrêter, ma vie ayant changé de rythme en changeant à nouveau de place.
C’est à partir de « l’étranger » que je vais aborder ces sujets. Rien ne vaut un
petit détour chez le voisin pour apprécier ce qui se passe chez nous. Mon escapade
de quinze jours au Karnataka, état situé au nord ouest du Tamil Nadu, m’a permis de
prendre, déjà, un peu de distance par rapport à mes observations, de vérifier
quelques intuitions et de faire de nouvelles expériences. Et de rencontrer d'autres gens.


Qui est en prison ?


L’Inde a beau être un zoo à elle toute seule, il m’a fallu aller dans un vrai zoo,
celui de Mysore, pour voir des tigres, des éléphants, des serpents, etc. La visite a été
très instructive et un peu déprimante aussi. Comment ne pas compatir avec ce tigre
tournant en rond, indéfiniment, dans sa cage de 30 m2 ? Avec ces flamands
majestueux condamnés à faire des bonds de 50 pieds au maximum ? Avec ces
éléphants, conduits à leur emplacement de béton où les attendait une botte d’herbes
hautes qu’ils s’ingéniaient à disperser, comme par mépris ? J’ai eu une conversation
d’au moins une demi-heure avec le lion. Il m’a beaucoup appris sur l’avenir de notre
planète. Son regard en disait long sur son humiliation et, à travers elle, sur celle de
tout le règne animal dont il est incontestablement le roi. Ses miaulements rocailleux
exhalaient toute la souffrance de la vie sauvage face à la civilisation actuelle,
arrogante, polluante et destructrice. Dépendre de la ronde d’un pick-up pour se
nourrir, quelle honte !
Je me suis consolé en contemplant, dans le parc d’à côté, deux tigres jouer,
dans l’insouciance de leur jeunesse. Une pierre servait de balle à pousser, jusqu’à ce
qu’elle tombe dans le bassin, en contrebas. Il s’agissait alors de la remonter, avec
quelques dribbles, tacles et obstructions. La bande de singes en liberté m’a donné
aussi beaucoup de joie. Comme dans tous le pays, ils sont un pied de nez à notre
obsession de l’ordre, des bonnes manières et de la propreté. Vous n’avez pas intérêt
à laisser une fenêtre ouverte, un chambard est si vite arrivé. Les couples de
circonstance ne sont pas férus d’intimité pour leurs ébats, la pudeur n’étant pas leur
qualité première. Les occupations principales de ces bandes semblent être le jeu et
l’échange de caresses. Bel exemple pour la jeunesse !

 

 

 

 

 

Dans l’ensemble, j’ai beaucoup apprécié la compagnie des animaux,
sauvages ou domestiques, des insectes (à part les moustiques) aux oiseaux. Ma
préférence allait aux écureuils, omniprésents, compagnons de promenade, de
rêverie, parfois de jeu. Les chiens ont aussi attiré ma sympathie. Beaucoup plus
indépendants que chez nous, ils ont une espèce de nonchalance qui contraste
souvent avec l’agitation autour. Beaucoup squattent le bord des routes ou le milieu
des chemins. Ils sont les gardiens des champs, des villages, des maisons, traversent
les routes comme des enfants, en regardant à peine puis en courant très vite, les
yeux fermés. Ils ne s’embarrassent pas de pédigrée et, en général, sont végétariens,
nourris, comme les humains, au riz. On les dirait parfois croisés avec des lézards…

 

 

 


 

 

 

 

 

Quelques sabots que l'on trouve au bord de la route, parfois (même souvent) au milieu

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

     Eboueurs au travail

 

 

 

 

 

   

     La concurrence

 

 

 

 

 

 

    

    Lait frais à tous les coins de rue

 

 

 

 

 

La gent ailée n’occupe pas moins sa place. J’ai fait quelques enregistrements
pour m’aider à mieux apprécier le chant insistant de certains oiseaux. Cris stridents à
intervalles réguliers, se répondant de loin en loin, échos de conversations dont je
suis le témoin ignare, qui me passent littéralement sur la tête. Certains soirs
pourtant, j’ai cru deviner qu’ils admiraient le coucher du soleil ou bien qu’ils saluaient,
sans pouvoir se taire, le lever de la pleine lune.
 

 

 


 

 

 La corneille est au Tamil Nadu ce que le pigeon est à la France…

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le paon, emblème national de l'Inde

 

 

 

 

 

 

 

 

Ses cousines domestiques

On voit bien ce qu'on perd quand on ne cherche que l'utile

 

 

 

 

 

 

 

 

Les insectes sont pour la plupart sympathiques (je n’ai pas eu à m’en
plaindre). Seuls les moustiques ont la tenace et fâcheuse tendance à vouloir pomper
votre sang. Heureusement, ils sont indemnes de malaria et restent impuissants
devant un filet bien fermé autour de votre corps endormi. Pour la méditation, il faut
employer d’autres moyens répulsifs comme l’essence de citronnelle par exemple.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Au petit matin, l'araignée se prenait pour un petit soleil

 

 

Les reptiles sont assez discrets, à part cette espèce de lézard à ventouses qui
squatte les alentours d’ampoules et de néons pour y capturer ses proies. Il est aussi
familier du sud de la France.

 

 

 


Le meilleur ami de votre sieste

 

 

 

 

 

  

Un enchevêtrement incroyable de futurs sacs à main

 

 

 


 

 

Partager cette page

Repost 0
Published by